Le sacrifice du messie prophétisé dans Esaïe 53

Tout comme Esaïe l’a prophétisé, Jésus devait mourir (Jn 2:18-22, Mt 16:21, Mc 8:31, Lc 24:44-46…), jugé comme un méchant (Lc 22:37), dans le silence (Mc 14:61), pour la rémission des péchés (Mt 26:28, 1 Jn 2:2, Hé 9:14, 1 P 1:18-19…).
Peut-on honnêtement penser qu’elle ne le concerne pas?


Réfutation des objections à cette prophétie:

I. La littérature rabbinique a longtemps attribué ce chapitre au messie:
– Talmud Sanhédrin 98b: « le Messie s’appelle le membre lépreux parce qu’il est dit : « il a porté sous souffrances et s’est chargé de nos douleurs, et nous l’avons considéré comme puni, frappé par Dieu et humilié » (Is 53,4) »

– R. Moshe Alshich: « D’une seule voix, nos rabbins ont accepté et affirmé que le prophète [Ésaïe] parle ici du Roi Messie, et nous devons aussi adhérer à ce point de vue. (…). Nos rabbins disent que toute la souffrance qui est entré dans le monde, le un-tiers était pour David et les pères, un autre pour la génération en exil et un autre pour le Roi Messie.» Driver & Neubauer, The Fifty-Third Chapter of Isaiah According to the Jewish Interpreters, Oxford : 1877, pp. 258-259.

– Yepheth Ben ‘Ali : « Pour ma part, je suis incliné (…) à voir ici une allusion au Messie. (…) [Le prophète Ésaïe] nous permet de comprendre deux choses : premièrement, que le Messie n’atteindra son plus haut degré d’honneur qu’à la suite de longs et sévères châtiments; deuxièmement, que ces châtiments tomberont sur lui comme un signe, […] L’expression « mon serviteur » s’applique au Messie tout comme cela était appliqué à son ancêtre dans le verset : « J’ai juré à David mon serviteur » (Ps. 89 : 4). »
Driver & Neubauer, The Fifty-Third Chapter of Isaiah, op. cit., pp. 19-20.

II. Le verset 10 ne dit pas que le messie aura des enfants:
– Il suffit de lire la version originale de la Septante pour lire que la ‘postérité’ ne concerne pas le messie:https://theotex.org/septuaginta/esaie/esaie_53.html

III. Ce passage n’est pas une métaphore pour le peuple d’Israël:
– Non seulement le ‘serviteur’ est clairement dissocié du peuple dans les chapitres qui précèdent, mais en pluscela aurait peu de sens quand on lit par exemple qu’il est mort pour le péché de son peuple quand lui-mêmeétait innocent. Il ne peut pas être les deux.

IV. Le Nouveau Testament n’est pas en contradiction avec elle:
– « St Pierre dit que Jésus ne mourra pas (Mt 16:22), malgré qu’il l’ait reconnu comme le messie (Mt 16:16). Donc s’il l’a reconnu grâce aux Ecritures, alors il n’y a pas reconnu son sacrifice.»: Cet argument part du postulat qu’il tire cela de l’AT, or on lit au verset 17 «ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux.». Il ne l’a donc pas compris grâce aux Ecritures mais grâce à Dieu. Son incompréhension du sacrifice elle, n’est pas de Dieu, car Jésus dit au verset 23: «tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes.».

– Que Pierre n’ait pas fait cette interprétation ne veut pas dire qu’elle est fausse. Les sources juives disent bien que le messie viendra ouvrir les yeux d’Israël sur la loi (et donc la compréhension de la Torah). On lit dans le Targum Isaïe: «Behold, my servant, the Messiah […] I will direct thee, and give thee for a covenant of the people, for a light of the Gentiles ; To open the eyes of the house of Israel, who are blind to the law»
The Chaldee Paraphrase on the Prophet Isaiah, chapitre 42 verset 1.6-7.

Rebbe Loubavitch écrit: «The ingenuity necessary to discover the ‘New Torah’ is so profound that it is beyond mortal imagination. […] Therefore, with the advent of the Messiah Era, they will be ‘revealed’ by G-d in the form of ‘innovative Torah thoughts’.»
Rambam, the 13 principles of faith, principles 8 and 9, compiled and adaptated by Rabbi Chaim Miller, Kol Menachem, 2007, p.277.

– Psaumes 91:10-15 et Hébreux 5:7 ne font qu’évoquer sa résurrection. C’est cohérent car on sait que Jésus a maintes fois annoncé sa mort: Lc 9:22, Jn 2:18-22, Mt 16:21, Lc 18:31-33, Mc 8:31, etc.

Publicités